Fin Août, après plusieurs années d’étude en classes préparatoires, les nouveaux futurs élèves-officiers, ayant étaient admis au concours de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr, arrivent à Coëtquidan. C’est alors le début d’une nouvelle étape qui durera trois ans. Ces trois années vont permettre aux élèves-officiers de devenir chef de section et d’obtenir le diplôme de Saint-Cyr ainsi qu’un diplôme d’ingénieur ou un master en science politiques et sociales, selon l’origine scolaire des élèves-officiers. La formation réside sur le mélange équilibré entre la formation militaire et la formation académique.

En premier lieu, évoquons la formation militaire. Elle se concentre essentiellement sur les premier et sixième semestres, avec quelques rendez-vous incontournables au fil des trois années.  

Lors du premier semestre, les élèves-officiers passent leur temps à étudier à la Direction de la Formation Militaire (DFM), ainsi que sur le terrain. Ils vont apprendre les rudiments du métier de militaire. Ils étudient donc la topographie, le maniement de l’armement et le tir, suivent des cours radio, de tactique etc… C’est avec trois phases de terrain au Bois du Loup qu’ils passent progressivement de militaire du rang/chef de trinôme à chef de groupe puis chef de section.  Ce semestre se clôture par un aguerrissement où le mental des élèves-officiers peut finir de se forger, avant des permissions amplement méritées.

Les semestres 2,3,4 et 5 sont eux tournés vers l’académique. Cependant les élèves-officiers ont tout de même quelques phases d’Approfondissement de la Formation Militaire (AFM) durant lesquelles ils drillent les savoir-faire acquis au premier semestre. Les élèves ont de plus des échéances importantes durant ces semestres. La première est le stage en corps de troupe de 7 semaines à la fin du semestre 2. Ce stage permet aux élèves-officiers de se trouver en situation de responsabilités, en tant que chef de groupe dans de nombreux régiments de l’Armée de Terre française. Il y a aussi le Centre d’Entraînement en Forêt Équatoriale (CEFE) en Guyane dans lequel les élèves-officiers se rendent à la fin du semestre 4.

Enfin le semestre 6, dernier semestre avant le départ des officiers-élèves en division d’application, permet aux sous-lieutenants du premier bataillon de France de se replonger totalement dans le monde militaire et d’approfondir les acquis des semestres précédents. Ainsi outre les nombreuses phases de terrain comprenant un second stage en régiment (plus court) et l’apprentissage de l’anglais militaire, les sous-lieutenants vivent plusieurs phases d’aguerrissement avant de se rendre au Centre National d’Entraînement Commando (CNEC) pendant un mois. Cela dans le but d’obtenir leur monitorat commando et aptitude instructorat.

Évoquons maintenant la formation académique. Les élèves-officiers peuvent intégrer la Spéciale par différentes filières : scientifique, économique ou littéraire. Ils se retrouvent alors regroupés en deux filières lors du semestre académique : Science de l’Ingénieur (SDI) ou Sciences Sociale et Politique (SSP). Les deux filières ont des cours bien distincts. Cependant certaines matières telles que l’histoire militaire, l’introduction aux relations internationales ou les instituts politiques administratives sont communes et permettent aux élèves-officiers d’acquérir une culture générale plus approfondie sur le monde et leur pays. Ces phases académiques sont ponctuées d’examens réguliers. L’école offre aux élèves la chance de pouvoir passer plusieurs mois à l’étranger lors du semestre 5, afin de préparer leur mémoire, pour les SSP, ou leur projet, pour les SDI. Ils peuvent ainsi partir dans de nombreux pays.

En fin de la scolarité, les officiers-élèves passent un grand oral qui sert à évaluer ce que l’élève-officier a appris en 3 ans. De plus, tout au long de la formation, les élèves-officiers et officiers-élèves sont notés et classés. En fonction de ce classement ils pourront choisir, ou non, l’arme dans laquelle ils serviront la France.